Actualités

Amélia Tarzi, présidente du refuge de Thiernay, à La Fermeté, est décédée lundi 18 mai, des suites d’une longue maladie. Jusqu’à son dernier souffle, elle s’est battue pour lutter contre la misère animale.
Le refuge de Thiernay est en deuil. Sa présidente, Amélia Tarzi, s’est éteinte lundi 18 mai, au petit matin, à Paris, des suites d’une longue maladie.
En voyant son entrain et son sourire, personne ne devinait le courage dont elle devait faire preuve pour poursuivre, malgré la maladie, son engagement dans la protection animale.
Née, en 1954, à Kaboul en Afghanistan (de famille princière), elle rejoint, avec sa mère, les États-Unis, où elle passera sa prime enfance. La mère et la fille s’installeront ensuite en France.
Brillante élève, Amélia Tarzi poursuit des études de droit en Angleterre. Diplômée de l’université de Southampton, elle s’inscrit au barreau anglais. Jeune femme, elle s’installe en Suisse où elle acquiert la nationalité. Elle y crée une entreprise ambulancière d’assistance aux animaux, à but non lucratif.
Elle sera, entre autres, cofondatrice de l’association Patte tendue, dédiée à la formation d’équipes de chiens visiteurs dans les écoles, Ehpad et autres maisons de retraite…
Sa disparition nous laisse désemparés, mais nous aurons à cœur de continuer dans la ligne qu’elle a tracée.
Après un long séjour à New York, au sein de la ASPCA (SPA américaine), elle revient en France, à Nice, où elle exerce comme interprète de conférence. Très investie dans la protection animale, elle était, depuis longtemps, amie avec Élisabeth de Croÿ, fondatrice du refuge de Thiernay.

C’est tout naturellement, quelque temps après le décès de celle-ci, qu’elle prend les rênes du refuge nivernais, bénévolement, il y a onze ans.

« Toujours pleine d’idées, d’enthousiasme et de dévouement, elle a su redonner un essor au refuge. Grâce à elle, Thiernay est reconnu et considéré comme un modèle. Sa disparition nous laisse désemparés, mais nous aurons à cœur de continuer dans la ligne qu’elle a tracée », nous a confié, mardi 19 mai, ému, Julien Graillot, directeur du refuge de Thiernay.

Une cérémonie du souvenir sera organisée ultérieurement au refuge de Thiernay qui était un peu « sa maison ».

De nombreuses responsabilités. Amélia Tarzi avait intégré le conseil d’administration de la Confédération nationale défense de l’animal (CNDA) en 2019 au sein duquel elle exerçait les fonctions de secrétaire générale. Elle avait participé à la rédaction du code de la protection animale de la Commission européenne et avait été élue membre du Comité de suivi des expérimentations animales en Suisse. Engagée contre les maltraitances faites aux animaux, elle l’était également contre les maltraitances envers les humains. Elle était administratrice fondatrice en 2018 de l’Association contre la maltraitance animale et humaine (AMHA).

Menu